Comment repérer un faux SSD et éviter la perte de données

Principaux enseignements

  • Les faux disques SSD peuvent sembler authentiques, mais ils posent de nombreux problèmes, tels que des vitesses de transfert de données trop lentes, de fausses capacités et des pannes aléatoires.
  • Il est assez facile de repérer les faux disques SSD : vérifiez si l’emballage est de mauvaise qualité, si les prix sont étrangement bas, si les numéros de série sont absents ou falsifiés et si le matériel présente des signes de mesures d’économie.
  • Pour confirmer l’authenticité d’un disque SSD, effectuez une analyse logicielle en copiant des fichiers volumineux, en vérifiant la vitesse de transfert des données, en exécutant des programmes ou des jeux et en testant la capacité de stockage réelle.

Les disques SSD sont devenus la solution de stockage standard pour la plupart des ordinateurs modernes. Des appareils Windows bas de gamme aux MacBooks, vous trouverez un SSD dans presque toutes les gammes de prix. Cependant, avec le grand nombre de SSD différents qui inondent le marché, il y a aussi un problème croissant de faux SSD dans le mélange.

Bien qu’ils aient l’air étonnamment authentiques, les faux disques SSD peuvent entraîner toute une série de problèmes pour votre appareil. Les fausses capacités, les vitesses de transfert de données lentes et les pannes aléatoires sont autant de choses auxquelles vous pouvez être confronté si vous vous retrouvez avec un faux disque.

Qu’est-ce qu’un faux disque SSD ?

Les faux disques SSD sont exactement ce que leur nom suggère. Ces disques à faible vitesse, souvent dotés d’une mémoire eMMC, sont emballés dans des conteneurs SSD et présentés comme des SSD à part entière. Parfois, un faux SSD peut être constitué de quelques cartes TF ou microSD connectées à une carte contrôleur qui se présente comme un SSD lorsqu’elle est branchée sur un ordinateur.

Si le stockage eMMC n’est pas nécessairement mauvais, comparé aux disques SSD, il est loin d’être à la hauteur en termes de vitesse de transfert des données, de fiabilité et de capacité de stockage. Il en va de même pour les faux SSD contenant des cartes TF.

Ces disques peuvent être programmés pour afficher de fausses capacités et, dans certains cas, agir en conséquence. Cela signifie que si un faux SSD a une capacité de 32 Go et a été reprogrammé pour afficher une capacité de 1 To, il commencera à écraser toutes les anciennes données dès que sa capacité réelle commencera à se remplir.

Voir aussi :  6 conseils simples pour sécher le port USB de votre smartphone

Les faux disques SSD sont donc un cauchemar pour la sécurité des données et, dans la plupart des cas, ils entraînent une perte de données irrécupérable. Ils sont également mauvais en termes de performances, affichant souvent des vitesses de transfert de données égales, voire inférieures, à celles des disques durs. Enfin, ils sont également désastreux sur le plan de la fiabilité et peuvent tomber en panne sans aucun avertissement ou signe.

Repérer les faux disques SSD dans la nature

L’utilisation d’un faux disque SSD sur votre ordinateur peut entraîner de nombreux problèmes. Heureusement, il n’est pas si difficile de distinguer un faux SSD d’un vrai.

1. Lisez les petits caractères

L’une des premières étapes pour déterminer si un SSD est faux ou non est d’inspecter attentivement l’emballage et les spécifications. Le plus souvent, les faux SSD sont livrés dans un emballage de mauvaise qualité, qui semble extrêmement bon marché au toucher, qui est truffé de fautes d’orthographe ou dont les spécifications sont ridicules.

Par exemple, si vous voyez un disque SSD d’une société anonyme qui revendique 512 Go de stockage et des vitesses de transfert de données allant jusqu’à 15 Go/s vendu 10 $, il y a de fortes chances qu’il s’agisse d’une contrefaçon.

De nombreux faux SSD sont également vendus sous des marques réputées telles que Kingston, Crucial, Samsung, Micron et Western Digital, pour n’en citer que quelques-unes. Dans ce cas, même l’emballage peut sembler parfait, et les spécifications mentionnées peuvent être carrément fausses. Cependant, il est toujours possible de distinguer ces contrefaçons des vrais disques SSD, principalement en raison de leur prix de vente.

Trouver une bonne affaire sur un disque cher comme le 970 Evo Plus de Samsung est une chose, mais s’il est vendu au même prix qu’une carte SD standard de 64 Go, il y a certainement quelque chose de louche.

Enfin, les disques SSD de marque sont également dotés d’un numéro de série que vous pouvez vérifier sur le site web du fabricant. Si votre SSD n’a pas de numéro de série ou si celui-ci ne correspond pas à la base de données du fabricant, vous avez certainement affaire à un faux SSD.

Voir aussi :  USB4 vs. Thunderbolt 4 : Similarités et différences expliquées

L’important est de vérifier les spécifications du lecteur, d’inspecter l’emballage en personne si vous le pouvez et de vous assurer que rien ne semble anormal ou trop beau pour être vrai.

2. Inspecter le matériel

La deuxième étape consiste à inspecter physiquement le lecteur. Un boîtier bon marché ou un disque trop léger sont autant de signes que vous êtes en présence d’un faux SSD. Les faux disques SSD sont également souvent un peu mous, alors que les produits authentiques sont souvent robustes. Un petit retour d’information tactile lors de l’inspection physique du disque peut vous donner une idée assez précise de son authenticité.

Vérifier le cachet de distribution sur votre disque est également une bonne idée, car ces cachets prouvent l’authenticité d’un disque assez facilement. Toutefois, si les cachets de distribution sont absents du dos du lecteur ou s’ils sont flous et comportent une sorte d’erreur, il y a de fortes chances que le lecteur soit un faux.

Deux autres signes révélateurs à surveiller sont la finition brillante du disque et l’existence de cellules NAND. La plupart des disques durs de marque sont dotés d’une finition brillante sur le dessus. Bien que cela n’affecte pas les performances du disque, un disque avec une finition mate peut indiquer des mesures d’économie et une contrefaçon.

En outre, la plupart des disques SSD M.2 comportent des cellules NAND. Bien que le nombre exact de cellules NAND n’ait pas d’importance en termes d’authenticité, leur existence peut aider à déterminer que votre disque est un SSD et pas seulement une carte TF ou un boîtier eMMC. Nous avons couvert tout ce que vous devez savoir sur la mémoire flash si vous avez besoin d’un rafraîchissement.

3. Exécution d’une analyse logicielle

L’analyse logicielle et l’utilisation du disque sont de loin les moyens les plus précis de déterminer si un disque SSD est réel ou non. Vous n’avez pas besoin de programmes coûteux ou de commandes de terminal compliquées pour cela – juste quelques gros fichiers et un peu de bon sens.

Voir aussi :  Qu'est-ce que le rééquilibrage d'un portefeuille de crypto-monnaies et comment le faire ?

Tout d’abord, copiez quelques fichiers volumineux sur le disque et vérifiez les vitesses de transfert des données. Vous pouvez comparer les vitesses obtenues avec celles d’autres disques durs dans la même gamme de prix pour voir si vous obtenez de bonnes vitesses de transfert de données. Tant que vous n’êtes pas trop loin derrière, vous êtes prêt à partir.

Vous pouvez également essayer d’exécuter quelques programmes ou jeux sur le disque SSD que vous testez. Si le disque est faux, les performances réduites et les temps de chargement accrus dans les jeux le trahiront presque instantanément.

Le chargement de plusieurs gros jeux sur le disque vous permettra également de vérifier s’il a réellement la capacité qu’il affiche. Comme indiqué ci-dessus, les petits disques programmés pour afficher une plus grande capacité lorsqu’ils sont branchés sur un ordinateur remplacent les anciennes données lorsqu’ils approchent de leur limite de stockage.

Ainsi, si vous copiez un jeu de 120 Go sur un faux disque SSD de 32 Go programmé pour afficher une capacité de 1 To, vous rencontrerez des problèmes lors de l’exécution du jeu, car tous les fichiers nécessaires ne se trouvent pas sur le disque. Toutefois, n’oubliez pas que ce n’est pas parce que tous les fichiers ont été transférés avec succès ou que vous n’avez pas pu vérifier la capacité de stockage du disque SSD qu’il s’agit automatiquement d’un vrai disque SSD.

Repérer les faux disques SSD et éviter les pertes de données

Les faux disques SSD sont de plus en plus courants et peuvent causer de graves problèmes, notamment des pertes de données irrécupérables, en plus d’avoir souvent des performances médiocres et de fausses capacités de stockage. Ils sont également très peu fiables et peuvent représenter un risque pour la sécurité des données de votre système.

Heureusement, une inspection physique rapide ou quelques transferts sur vos systèmes vous permettront de distinguer rapidement un faux SSD d’un vrai. Enfin, si vous n’avez pas accès au disque que vous vérifiez ou si vous l’achetez en ligne, n’oubliez pas que si le prix d’un disque SSD est trop beau pour être vrai, c’est probablement le cas.

Cliquez pour évaluer cet article !
[Total: Moyenne : ]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *