Qu’est-ce que le principe du moindre privilège et comment peut-il prévenir les cyberattaques ?

Commencer un nouvel emploi et attendre longtemps pour obtenir toutes les connexions requises est quelque chose que nous avons tous vécu dans notre vie professionnelle. Aussi ennuyeux que cela puisse paraître, c’est en fait le principe du moindre privilège (POLP) qui est en jeu.

Il s’agit d’un principe de conception qui joue un rôle essentiel dans l’élaboration du paysage de la sécurité de toute organisation. Il dicte l’attribution de privilèges minimaux à toute entité, y compris les utilisateurs, les programmes ou les processus.

Qu’est-ce que le principe du moindre privilège et comment fonctionne-t-il ?

La prémisse principale derrière ce concept est que le moindre privilège coûtera le moins de dommages.

Si un attaquant tente d’infiltrer un réseau en essayant de compromettre l’accès des utilisateurs de bas niveau, il ne pourra pas accéder aux systèmes critiques. Par la suite, un employé disposant d’un accès utilisateur de bas niveau essayant d’abuser du système ne pourra pas causer beaucoup de dégâts.

Le principe du moindre privilège accorde des accès de bas en haut. Seul un accès minimum pour exécuter les fonctions professionnelles nécessaires est fourni et des ajustements sont apportés à mesure que les exigences du travail changent. En restreignant les privilèges, la sécurité de toute organisation est maintenue en grande partie intacte.

Voyons comment le principe du moindre privilège peut être mis en œuvre de la meilleure façon possible.

5 meilleures façons de mettre en œuvre le principe du moindre privilège

La plupart des employés veulent les niveaux d’accès les plus élevés pour effectuer leur travail efficacement, mais accorder l’accès sans procéder à une évaluation des risques appropriée peut ouvrir une boîte de Pandore de risques de sécurité.

Voici les 5 meilleures façons d’implémenter le moins de privilèges :

  1. Effectuez des audits d’accès réguliers : Il est difficile de garder une trace des privilèges des utilisateurs et s’ils ont besoin de modifications. La réalisation d’audits réguliers programmés pour tous les comptes, processus et programmes existants peut garantir qu’aucune entité ne dispose de plus que les autorisations requises.
  2. Commencez par le moindre privilège : Allez-y avec les privilèges minimaux, en particulier lors de la configuration de nouveaux comptes d’utilisateurs. Augmentez les autorisations si nécessaire.
  3. Définissez les privilèges sur Expirer : Restreindre temporairement les privilèges élevés en fonction des besoins est une bonne idée pour garder une emprise sur les informations d’identification des utilisateurs. Certains privilèges élevés doivent également être configurés pour expirer avec un identifiant à usage unique pour garantir une sécurité maximale.
  4. Envisagez la séparation des privilèges : Séparez les différentes catégories de niveaux d’accès les unes des autres. Par exemple, les comptes administrateur doivent être regroupés séparément des comptes standard.
  5. Imposer la Traçabilité : Configurez des comptes avec des identifiants d’utilisateur spécifiques et des mots de passe à usage unique avec une surveillance en place pour assurer un audit automatique et une traçabilité pour le contrôle des dommages.
Voir aussi :  Les 6 meilleures alternatives à l'application bureautique d'Authy

Un exemple concret d’abus de privilège

En 2013, Edward Snowden, un ancien sous-traitant de la CIA, a divulgué aux médias de nombreux détails sur les renseignements américains concernant Internet et la surveillance téléphonique. Il s’est vu accorder à tort les privilèges d’administrateur système alors que son travail de sous-traitant consistait uniquement à transférer des données entre différentes agences.

L’affaire Edward Snowden est le meilleur exemple d’abus de privilège inutile et aucune discussion sur le principe du moindre privilège n’est complète sans y réfléchir. Pour éviter des problèmes similaires à l’avenir, la NSA a depuis réduit le nombre d’utilisateurs avec des privilèges d’administrateur système de 1 000 à seulement 100.

Avantages du principe du moindre privilège

comptes-en-ligne-securises

Outre la prévention des abus de privilège, le principe du moindre privilège offre également une pléthore d’autres avantages.

Sécurité améliorée et exploits réduits : La limitation des privilèges pour les personnes et les processus limite également les possibilités d’exploits et d’attaques des utilisateurs. Plus les utilisateurs ont de pouvoir, plus ils peuvent abuser du système.

Moins d’occurrence de logiciels malveillants : Avec des privilèges minimaux en place, les logiciels malveillants peuvent être contenus dans la zone d’origine pour empêcher toute propagation ultérieure dans le système. Par exemple, l’attaque notoire par injections SQL peut être facilement atténuée car elle repose sur l’absence de moindre privilège.

Voir aussi :  Qu'est-ce que le Kerberoasting et faut-il s'en inquiéter ?

Performances opérationnelles améliorées : Étant donné que le moindre privilège ne permet qu’à une poignée d’utilisateurs d’apporter des modifications autorisées au système, il en résulte une réduction des problèmes de compatibilité et des risques d’erreurs opérationnelles. La stabilité du système est également assurée grâce à des temps d’arrêt réduits.

Audits faciles : Les systèmes qui fonctionnent selon le principe du moindre privilège sont d’excellents candidats pour des audits simplifiés. Comme avantage supplémentaire, de nombreux organismes de réglementation courants considèrent la mise en œuvre du moindre privilège comme faisant partie d’une exigence de conformité.

Réduction des attaques d’ingénierie sociale : La plupart des attaques d’ingénierie sociale telles que le phishing sont menées en incitant un utilisateur à ouvrir une pièce jointe ou un lien infecté. Avec le principe du moindre privilège en place, les comptes administratifs peuvent limiter l’exécution de certains types de fichiers et même appliquer des gestionnaires de mots de passe pour réduire l’occurrence de telles attaques.

Amélioration de la réponse aux incidents : Le principe du moindre privilège aide à comprendre et à surveiller les niveaux d’accès des utilisateurs, ce qui, à son tour, accélère les efforts de réponse aux incidents en cas d’attaques ou de violations de la sécurité.

Qu’est-ce que le fluage des privilèges ?

Avez-vous déjà eu l’impression que vos employés ont plus d’accès informatique qu’ils n’en ont besoin ? Ou peut-être qu’en tant qu’employé, vous avez l’impression d’avoir accès à des systèmes que vous utilisez rarement ?

Voir aussi :  Comment la cybersécurité améliore les efforts de développement durable

Quoi qu’il en soit, l’accumulation de privilèges inutiles pour les utilisateurs est connue sous le nom de « fluage de privilèges ». La plupart des employés changent de rôle au sein d’une organisation et continuent d’accumuler des privilèges qui auraient dû être révoqués une fois la fonction professionnelle satisfaite.

De nombreuses études indiquent que les utilisateurs disposant de privilèges excessifs constituent la plus grande menace pour la sécurité et que la plupart des compromis sont causés par des menaces internes. POLP empêche le privilège de se propager en encourageant les évaluations des risques, les audits et la traçabilité des employés régulièrement programmés.

Moins c’est plus quand il s’agit de sécurité

Moins c'est plus signe

Le concept de minimalisme s’applique également au monde de la cybersécurité : moins un utilisateur a de privilèges, moins il y a de risques de complications potentielles. Le principe du moindre privilège est un concept de conception allégé mais méchant qui garantit une approche restrictive de l’octroi des autorisations.

La mise en œuvre du principe du moindre privilège ainsi que le développement d’une prise de conscience approfondie de la manière de protéger les données sont essentiels pour réduire les risques de sécurité et protéger vos actifs critiques.

Cliquez pour évaluer cet article !
[Total: Moyenne : ]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *