Comment libérer de la mémoire et améliorer les performances de la RAM sous Linux

Votre ordinateur Linux a-t-il du mal à gérer certains programmes gourmands en ressources ? Ou peut-être vous retrouvez-vous souvent à fixer une icône de chargement pendant plusieurs minutes avant que votre ordinateur ne fasse quelque chose. Quoi qu’il en soit, nous voulons tous que nos PC fonctionnent au mieux.

La mémoire vive, ou simplement RAM, est essentielle pour obtenir un PC performant, en particulier lorsque vous exécutez plusieurs programmes ou des applications gourmandes en ressources. Voici quelques moyens d’améliorer les performances de la mémoire vive sous Linux.

Pourquoi la mémoire vive est-elle si importante ?

Chaque fois que vous exécutez une application sur votre PC Linux, le programme stocke les données et tous les autres fichiers fréquemment accédés dans la RAM. Contrairement à d’autres supports de stockage tels que les disques SSD, la RAM permet une vitesse de lecture et d’écriture rapide, ce qui se traduit par un traitement plus rapide.

Si vous ne disposez pas de suffisamment de mémoire vive, vous constaterez des goulets d’étranglement au niveau des performances. En effet, votre PC utilisera une partie de votre SSD ou de votre disque dur pour stocker les données, ce qui ralentit le traitement des informations.

Un manque important de RAM peut rendre votre système inutilisable et occasionnellement provoquer un plantage.

Vérifier l’utilisation de la RAM sous Linux

Pour savoir si votre mémoire vive est en difficulté, vous pouvez la surveiller à l’aide de certains utilitaires Linux. Si vous êtes à l’aise avec la ligne de commande ou si vous êtes sur un serveur Linux, utilisez la commande suivante :

La commande free affiche la mémoire vive libre et utilisée sur votre système. La commande -h indique simplement que la sortie doit être dans un format lisible par l’homme.

Sur les systèmes Linux à interface graphique, vous pouvez utiliser l’utilitaire System Monitor. Il suffit d’appuyer sur la touche Super ou Fenêtre et recherchez ensuite System Monitor. Le moniteur affiche l’utilisation de la mémoire vive. En outre, il affiche les informations relatives au processeur et au réseau.

D’autres applications telles que htop fournissent également un bon aperçu de l’utilisation des ressources et de la mémoire vive.

Voici comment vous pouvez libérer votre mémoire vive pour améliorer les performances globales de votre PC Linux.

1. Mettez fin aux services et programmes inutilisés

Plus vous exécutez de programmes ou de services sur votre PC Linux, plus vous avez besoin de mémoire vive. Plus vous gardez d’onglets ouverts dans votre navigateur, plus l’utilisation de la RAM est élevée.

Voir aussi :  5 jeux et sites web gratuits en ligne pour maîtriser Linux et la ligne de commande

En fonction de votre distro, faites le point sur les paquets dont vous n’avez plus besoin. Par exemple, sur les distributions basées sur Debian, vous pouvez utiliser le gestionnaire de paquets APT pour supprimer des paquets.

Vous pouvez également vérifier tous les services en cours d’exécution et arrêter ceux dont vous n’avez pas besoin. Vous pouvez également les empêcher de démarrer automatiquement au démarrage. Sur les distributions Linux utilisant systemd, vous pouvez dresser la liste de tous les programmes en cours d’exécution à l’aide de la commande suivante :

Désactivez et arrêtez tous les services système dont vous n’avez plus besoin.

2. Utilisez toujours des logiciels à jour

La plupart des langages de programmation de bas niveau, tels que C et C++, ne disposent pas d’un système de ramassage des ordures intégré. Cela signifie que les programmeurs doivent allouer et désallouer la mémoire de manière spécifique.

Si le ramassage des ordures n’est pas effectué correctement, il peut entraîner des fuites de mémoire : un scénario dans lequel un programme continue à consommer de l’espace mémoire alors qu’il n’est pas censé le faire.

Lorsqu’une fuite de mémoire est détectée dans un logiciel, les développeurs corrigent généralement le bogue dans la prochaine mise à jour. Par conséquent, il est toujours conseillé de mettre à jour votre logiciel régulièrement afin d’éviter les bogues qui peuvent affecter la mémoire.

Vous pouvez exécuter la commande suivante pour mettre à jour le logiciel en fonction de votre distro.

3. Utilisez des logiciels légers

Renseignez-vous toujours sur les logiciels que vous vous apprêtez à installer sur votre système. La plupart des sites de logiciels fournissent des exigences minimales qui sont un bon indicateur de l’intensité de la mémoire du logiciel.

Utilisez également des utilitaires de surveillance tels que htop pour vérifier quelles applications consomment beaucoup de mémoire vive.

Utilisez des gestionnaires d’affichage légers tels que LXDM, SLiM et LightDM si votre PC dispose d’une mémoire vive minimale. Bien que les principaux gestionnaires d’affichage tels que GNOME et KDM soient populaires, ils consomment beaucoup de ressources mémoire.

De même, choisissez des navigateurs web légers tels que Midori, Falkon, Pale Moon, etc. pour répondre à vos besoins quotidiens en matière de navigation sur Internet.

Les logiciels légers s’appliquent également au type de distribution Linux que vous choisissez d’exécuter sur votre système ou dans une machine virtuelle. Par exemple, si vous avez des contraintes de mémoire, optez plutôt pour des distributions Linux légères.

Voir aussi :  Comment supprimer les dépôts de logiciels sur Ubuntu

4. Ajuster l’échange sous Linux

La permutation est une valeur de votre système Linux qui détermine la fréquence à laquelle votre système doit utiliser la mémoire virtuelle du disque lorsque la RAM est pleine.

L’idéal est d’avoir une valeur d’échange faible, généralement comprise entre 0 et 10. De cette façon, votre système utilise principalement la mémoire vive, qui est plus rapide que le disque.

Toutefois, si vous rencontrez des problèmes de mémoire vive qui immobilisent votre système, il est préférable d’avoir une valeur d’échange élevée. Par exemple, 60 afin d’utiliser le disque et d’éviter d’éventuelles pannes du système.

Vous pouvez vérifier votre valeur d’échange à l’aide de la commande suivante :

Pour modifier la valeur d’échange, ajoutez ou modifiez la ligne suivante dans votre fichier /etc/sysctl.conf dans votre fichier/etc/sysctl.conf. Par exemple, pour la fixer à 10, vous pouvez ajouter la ligne suivante :

Enregistrez le fichier et appliquez les modifications à l’aide de la commande suivante :

5. Effacer le cache et les dentiers

Le cache et les entrées de répertoire (dentries) sont importants pour optimiser les opérations du système de fichiers sous Linux. Cependant, ils consomment des ressources précieuses de la mémoire vive et peuvent entraîner des contraintes de mémoire.

Si vous rencontrez des contraintes de mémoire importantes, vous devriez envisager d’effacer votre cache et vos entrées à l’aide de la commande suivante :

6. Redémarrez votre PC Linux

Certains administrateurs Linux se vantent de la durée de fonctionnement de leur système et détestent l’idée de le redémarrer. Mais il faut parfois redémarrer son système. Le redémarrage libère votre mémoire vive en mettant fin à tous les services et processus. Cela permet d’effacer les données mises en cache et de supprimer la fragmentation de la mémoire qui peut ralentir votre système.

En outre, un redémarrage permet de résoudre les problèmes de fuites de mémoire et d’autres processus d’arrière-plan présents sur votre système.

7. Ajouter de la mémoire vive à votre PC

La plupart des PC permettent d’ajouter de la mémoire vive ou de l’étendre. L’ajout de RAM à votre système est une bonne solution à long terme si vous rencontrez de graves problèmes de RAM.

Voir aussi :  Qu'est-ce que chroot sous Linux et comment fonctionne-t-il ?

En ajoutant de la RAM, vous offrez plus d’espace aux processus et services en cours d’exécution pour stocker et accéder rapidement aux données et, ce faisant, vous réduisez la nécessité d’échanger des données sur le disque, ce qui est plus lent.

Avant d’acheter de la mémoire vive pour votre PC, assurez-vous que votre PC permet des mises à niveau de la mémoire vive. Certains PC modernes sont équipés d’une mémoire vive soudée à la carte mère, ce qui améliore les performances.

Renseignez-vous également sur la capacité maximale de mémoire vive du PC et sur le type de puces de mémoire vive qu’il utilise.

Optimisez votre mémoire vive pour des performances maximales

Une bonne mémoire vive est essentielle pour obtenir de bonnes performances du système. Assurez-vous toujours que vous disposez de suffisamment de mémoire vive pour gérer votre charge de travail.

Comment libérer de la mémoire vive sous Linux ?

Comment vider le cache de la mémoire vive sous Linux ?

  • Le premier choix que vous avez est de vider le PageCache uniquement – # sync ; echo <1>/proc/sys/vm/drop_caches.
  • La deuxième option est d’effacer les dentries et les inodes – # sync ; echo <2>/proc/sys/vm/drop_caches.
  • La troisième et dernière option que vous avez est d’effacer le pagecache, les dentries et les inodes – # sync ; echo <2>/proc/sys/vm/drop_caches.

Comment augmenter l’utilisation de la RAM sous Linux ?

La totalité de la mémoire sous Linux est appelée mémoire virtuelle – elle comprend la mémoire physique (souvent appelée RAM) et l’espace d’échange. La mémoire physique d’un système ne peut pas être augmentée à moins d’ajouter de la RAM. Cependant, la mémoire virtuelle peut être augmentée en utilisant l’espace d’échange du disque dur.

Comment nettoyer la mémoire vive dans Ubuntu ?

Etapes pour nettoyer votre système Ubuntu.

  • Supprimez toutes les applications, fichiers et dossiers indésirables. En utilisant votre gestionnaire de logiciels Ubuntu par défaut, supprimez les applications indésirables que vous n’utilisez pas.
  • Supprimez les paquets et les dépendances indésirables.
  • Nettoyer le cache des vignettes.
  • Nettoyez régulièrement le cache de l’APT.

Comment corriger une utilisation élevée de la mémoire sous Linux ?

Les problèmes de mémoire peuvent être résolus en analysant les journaux qui sont stockés dans le journal du noyau /var/log/kern. log ou dans l’emplacement syslog /var/log/syslog. Vous pouvez analyser manuellement tous les journaux à l’aide de la commande grep et trouver la cause du problème de mémoire.

Cliquez pour évaluer cet article !
[Total: Moyenne : ]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *