Risques inhérents et risques résiduels : Qu’est-ce que c’est et comment les prévenir ?

Les cyberattaques ne sont généralement pas le fruit du hasard ; elles sont le résultat de risques non résolus. Tout réseau actif est vulnérable aux menaces. Au lieu d’attendre que les pirates découvrent les failles de votre système, vous pouvez agir de manière proactive en évaluant ses risques inhérents et résiduels.

Comprendre les risques inhérents et résiduels de votre réseau vous permet d’améliorer votre sécurité. Quels sont ces risques et comment les prévenir ?

Que sont les risques inhérents ?

Les risques inhérents sont des vulnérabilités au sein de votre réseau lorsque vous n’avez pas mis en place de procédures, de processus ou de politiques de sécurité pour prévenir les menaces. Mais techniquement, on ne peut pas mesurer quelque chose d’absent. Il est donc plus juste de dire que les risques inhérents sont les vulnérabilités de votre réseau dans ses paramètres de sécurité par défaut. Prenons l’exemple des portes de votre maison. Si vous n’y installez pas de serrures, les intrus peuvent facilement s’y introduire car il n’y a pas d’obstacle pour les empêcher de pénétrer dans votre maison.

Que sont les risques résiduels ?

Les risques résiduels sont des vulnérabilités au sein de votre système après que vous avez mis en œuvre des mesures de sécurité, notamment des procédures, des processus et des politiques pour protéger vos objets de valeur. Même si vous avez mis en place des défenses pour résister aux cybermenaces et aux attaques, certains risques peuvent encore survenir et avoir un impact sur votre système.

Les risques résiduels soulignent que la sécurité n’est pas une activité ponctuelle. Le fait de mettre des serrures sur vos portes ne garantit pas que les criminels ne peuvent pas vous attaquer. Ils peuvent trouver des moyens d’ouvrir les serrures ou d’enfoncer les portes, même s’ils doivent faire des efforts supplémentaires pour y parvenir.

Risques inhérents et résiduels en matière de cybersécurité

Pour résumer, les risques inhérents sont les risques auxquels votre système est exposé en l’absence de toute défense de sécurité, tandis que les risques résiduels sont les risques possibles au sein de votre système, même après la mise en œuvre de mesures de sécurité. Vous pouvez établir d’autres différences entre ces catégories de risques en fonction de leurs implications en matière de sécurité.

Implications des risques inhérents

Les implications courantes des risques inhérents sont les suivantes

Conformité non réglementaire

Il existe plusieurs normes réglementaires relatives à la protection des données des utilisateurs. En tant que propriétaire ou administrateur de réseau, vous avez l’obligation de vous conformer à ces réglementations afin de sécuriser les données de vos utilisateurs.

Votre réseau est exposé à des risques inhérents si vous ne créez pas de politiques qui vous aideront à respecter les exigences réglementaires de votre secteur d’activité. L’absence de politiques pour l’engagement des utilisateurs conduira à des violations de la conformité qui s’accompagnent de sanctions, de poursuites judiciaires et de pénalités.

Voir aussi :  Qu'est-ce que la maintenance de la base de données et pourquoi est-ce important ?

Perte de données due à un manque de sécurité

Une protection efficace des données nécessite des contrôles de sécurité solides et délibérés. Les paramètres de sécurité par défaut sont à peine suffisants pour résister aux cyberattaques calculées.

Les cybercriminels sont toujours à la recherche d’une proie. Les risques inhérents exposent vos biens à ces intrus. L’absence d’une sécurité solide leur facilite grandement la tâche, car ils pénètrent dans votre réseau et volent vos données avec peu ou pas d’obstacles.

Violation du réseau due à l’absence de contrôle d’accès

La protection de vos données se résume aux contrôles d’accès, c’est-à-dire à la surveillance des personnes ayant accès à certaines informations. L’absence de contrôles sur les systèmes est une conséquence fréquente des risques inhérents. Lorsque vous ne gérez pas les niveaux d’accès entre les utilisateurs, n’importe qui peut accéder à vos données les plus critiques et les compromettre.

Implications des risques résiduels

Voici quelques implications courantes des risques inhérents.

Menaces d’initiés

Les cyberrisques ne sont pas toujours externes – ils peuvent provenir d’utilisateurs au sein de votre réseau. Même lorsque vous avez mis en place des mesures de sécurité, des actions intentionnelles ou accidentelles de la part d’utilisateurs internes peuvent se produire et compromettre votre réseau.

Les menaces d’initiés font partie des risques résiduels car elles peuvent contourner le mécanisme de sécurité existant, en particulier lorsque cette structure se concentre sur les facteurs externes et néglige les facteurs internes.

Attaques par logiciels malveillants

La mise en place d’un dispositif de sécurité sur votre système n’empêche pas automatiquement les cybercriminels de le cibler. Ils utilisent des techniques peu suspectes, telles que les attaques de phishing, pour vous faire entreprendre des actions qui compromettront votre système avec des logiciels malveillants.

Les logiciels malveillants contiennent des virus qui peuvent contourner la sécurité de votre système et permettre à l’attaquant d’y accéder et de le contrôler. Il s’agit d’un risque résiduel car il peut se produire même en présence de défenses solides.

Applications tierces

Les applications tierces que vous connectez à votre système créent de nouvelles fenêtres d’attaque malgré les défenses que vous avez déjà installées. Ces dispositifs augmentent votre surface d’attaque et, comme vous n’avez pas un contrôle maximal sur eux, il y a une limite à ce que vous pouvez faire.

Les acteurs de la menace examinent les ports ouverts dans votre système pour identifier ceux qui sont les plus faciles à pénétrer et utilisent des techniques telles que les attaques de type « man-in-the-middle » pour intercepter les communications sans entraver vos opérations.

Voir aussi :  Les 8 attaques de logiciels malveillants les plus notoires de tous les temps

Comment prévenir les risques inhérents et résiduels ?

Les risques inhérents et résiduels peuvent être différents, mais ils peuvent causer de graves dommages à votre réseau si vous ne les traitez pas à temps.

Voici comment prévenir les risques inhérents et résiduels pour un réseau plus sûr.

1. Effectuer une évaluation des risques

L’évaluation des risques est votre capacité à identifier, évaluer et quantifier les différents risques au sein de votre réseau et l’impact qu’ils ont causé ou qu’ils sont susceptibles de causer. Ce processus comprend l’identification de vos actifs et de leurs niveaux d’exposition aux cybermenaces et aux attaques.

Une bonne compréhension des cyberrisques vous aidera à identifier les meilleures stratégies à adopter pour prévenir les risques et mettre en place des défenses de sécurité pour faire face aux risques spécifiques que vous avez identifiés dans votre évaluation.

2. Classer les risques en catégories

La classification des risques vous permet d’établir des mesures qualitatives et quantitatives pour votre évaluation des risques. Comme il s’agit de risques inhérents et résiduels, vous devez définir les attributs des deux types de risques et les classer en conséquence.

En ce qui concerne les risques résiduels, vous devez mettre en place des mesures de sécurité au lieu de laisser les zones touchées sans aucune protection. Pour les risques résiduels, votre objectif est de créer des stratégies d’atténuation telles que l’établissement d’un plan de réponse aux incidents efficace pour résoudre les attaques qui défigurent vos défenses.

3. Créer un registre des risques

Les cyberrisques sont en grande partie inévitables ; c’est votre action ou votre inaction qui détermine l’impact qu’ils auront sur votre système. Votre connaissance des cyberincidents que votre système a connus par le passé renforce votre capacité à gérer les risques actuels et futurs qui peuvent survenir.

Recherchez l’historique des cyberincidents dans le registre des risques, s’il en existe un. S’il n’y en a pas, vous pouvez en créer un en rassemblant autant d’informations que possible auprès de toutes les sources utiles.

Votre registre des risques doit contenir des informations détaillées sur les cyberrisques antérieurs et les mesures prises pour les résoudre. Si les mesures ont été efficaces, vous devriez envisager de les mettre en œuvre à nouveau. Mais si elles ne l’ont pas été, il est préférable de rechercher de nouvelles stratégies de défense efficaces.

4. Normaliser les contrôles de prévention des risques

La résolution des cyber-risques est plus efficace lorsque vous déployez des cadres de sécurité standard tels que le cadre de cybersécurité du NIST, la norme ISO 27001 et la loi sur la portabilité et la responsabilité en matière d’assurance maladie (Health Insurance Portability and Accountability Act – HIPAA). Non seulement ces cadres ont fait leurs preuves, mais ils fournissent également une base pour la mesure et l’automatisation.

Voir aussi :  Qu'est-ce que la prise de décision par l'IA dans le domaine de la cybersécurité et pouvons-nous lui faire confiance ?

Les risques inhérents vous donnent une ardoise vierge pour mettre en place des contrôles de sécurité standard à partir de zéro en raison de l’absence de sécurité substantielle. Pour les risques résiduels, vous pouvez améliorer votre structure de sécurité actuelle en comblant les lacunes à l’aide des stratégies des cadres.

Combattre les risques inhérents et résiduels grâce à une cybersécurité globale

La sécurité holistique devrait être au cœur de toute infrastructure de sécurité. Lorsque vous abordez tous les aspects de votre système dans le cadre de vos efforts de sécurité, vous résolvez les risques inhérents et résiduels dans le processus.

En associant une culture de cybersécurité appropriée à des processus et à des technologies efficaces, vous serez en mesure de réduire les risques au strict minimum.

S’abonner à notre lettre d’information

Qu’entend-on par risques inhérents et risques résiduels ?

Le risque inhérent est généralement défini comme le niveau de risque en place pour atteindre les objectifs d’une entité et avant que des mesures ne soient prises pour modifier l’impact ou la probabilité du risque. Le risque résiduel est le niveau de risque qui subsiste après l’élaboration et la mise en œuvre de la réponse de l’entité.

Comment prévenir le risque résiduel ?

En général, les organisations doivent suivre les étapes suivantes lorsqu’elles s’attaquent au risque résiduel :

  • Identifier les exigences pertinentes en matière de gouvernance, de risque et de conformité.
  • Déterminer les forces et les faiblesses du cadre de contrôle de l’organisation.
  • Reconnaître les risques existants.
  • Définir l’appétit de l’organisation pour le risque.

Qu’est-ce qu’un risque inhérent et quels sont les exemples ?

Le risque inhérent est le risque que représente une erreur ou une omission dans un état financier en raison d’un facteur autre qu’une défaillance du contrôle interne. Dans le cadre d’un audit financier, le risque inhérent est plus susceptible de se produire lorsque les transactions sont complexes ou dans des situations qui exigent un degré élevé de jugement en ce qui concerne les estimations financières.

Qu’est-ce que le risque inhérent et le risque résiduel en matière de cybersécurité ?

Différence entre le risque inhérent et le risque résiduel en matière de cybersécurité. Le risque inhérent est la probabilité inhérente qu’un événement de cybersécurité se produise en raison d’un manque de contre-mesures. Le risque résiduel, quant à lui, est ce qui reste après que les efforts d’atténuation des risques et les contrôles internes ont été mis en œuvre.

Cliquez pour évaluer cet article !
[Total: Moyenne : ]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *